Assurance-crédit : qu’est-ce qu’il faut comprendre ?


Divers /

Lorsque vous êtes une institution de finance, vous devez souscrire à une assurance-crédit pour couvrir les pertes financières. L’assurance-crédit vous permet de combler les déficits de trésoreries dus aux impayés de certains de vos créanciers. Car, il arrive très souvent que pour une raison à une autre, plusieurs personnes ayant prêté de l’argent auprès de votre institution n’arrivent plus à les rembourser. Dans cet article, nous vous amenons à la découverte de l’assurance-crédit et de son fonctionnement. Lisez pour en savoir plus.

L’assurance-crédit pour prévenir les risques d’impayés

Pour la viabilité de votre entreprise de microcrédit, il est vraiment important que vous souscriviez à une assurance afin de couvrir contre les pertes financières. En effet, les impayés constituent un risque élevé de fluidité financière auquel tout responsable d’entreprise doit travailler à remédier. Pour y parvenir, vous disposez de plusieurs moyens comme l’escompte commercial, l’affacturage certes ; mais recourir à une assurance-crédit parait plus idéal pour lever tout handicap. Si vous désirez améliorer vos connaissances sur l’assurance- crédit, nous vous indiquons cette source.
En effet, l’assurance-crédit parait la plus optimale des approches qui permettra à une entreprise de finance de couvrir les risques d’impayés de ses créanciers. L’assurance-crédit couvre notamment les pertes mais ses garanties ne concernent que le risque d’insolvabilité définitive des débiteurs. Dans le cas échéant, votre assureur devient un agent recouvreur dans les meilleurs délais.

Comment fonctionne l’assurance-crédit contre les impayés ?

L’assurance-crédit ne couvre pas la totalité des créances des débiteurs insolvables de l’entreprise. Elle intervient lorsque le créancier n’a donné aucune garantie alors qu’il présente un risque élevé de non-remboursement. Aussi, elle peut intervenir lorsque le créancier rembourse seulement une partie de la dette et ne paye plus le reste. Dans ces conditions, le contrat de l’assurance-crédit prévoit en son sein une marge des créances de 40% maximum et de 15 % minimum laissées à la charge de l’entreprise et s’occupe du reste.